COMP: V/A “Eccentric Boogie” (Numero Group, 2023)

Numero Group fête ses vingt ans cette année. Le label de Chicago sait parler aux amateurs de vinyles. Ils proposent des packaging soignés et alléchant et connaissent bien le marché de la réédition. Que ce soit du rock indé (Duster, Codeine), du rock psychédélique (Acid Nightmares) ou du westcoast / AOR (Private: Yacht), Numero Group a une sortie qui va vous intéresser ! Certaines sont d’ailleurs remarquables mais pour autant faut-il acheter systématiquement leurs sorties ? Testons cela avec la compilation Eccentric Boogie sortie le 6 octobre 2023.

Comme à leur habitude, Numero Group a soigné le visuel et le son. Les sources sont excellentes et le remastering excellent. Aucun soucis aussi du coté du pressage vinyle, très propre et silencieux. Il manque cependant d’informations sur les morceaux: des notes de pochette ou à minima la date de sortie et le label d’origine…

La compilation Eccentric Boogie fait suite à d’autres compilations excentriques dédiées à la soul sous toutes ses coutures jusqu’à la northern soul. L’autocollant sur la pochette annonce la couleur: the only boogie record you’ll ever need to own. Rien que ça ! Cette proclamation est une des marques de fabrique de la série, elle décline la phrase avec les genres musicaux. Forcément un peu exagérée mais nous espérons néanmoins que Numero Group a sorti de belles choses.

La mission n’est pas si aisée. La grandeur d’un morceau boogie/post-disco ne tient souvent à pas grand chose. La production doit être soignée jusqu’à la voix. Une belle composition tient aussi à des détails: un changement d’accords un peu osé, une mélodie particulièrement accrocheuse etc. Dans certains registres (garage, freakbeat), l’obscurité peut devenir une qualité car souvent les morceaux sont plus extrêmes et fous. Dans le boogie, comme le yacht rock, le grand réside souvent dans le professionnalisme.

Il existe des obscurités qui réunissent ces qualités. Certains disques, merveilleusement bien pensés, n’ont pas trouvé leur public ! D’ailleurs la compilation Eccentric Boogie démarre très bien avec deux magnifiques propositions. Don’t Touch It de Maxx Traxx (un groupe de Chicago) est une petite merveille. Le piano électrique se faufile tandis que le travail vocal est superbe. The Stylle Band, bien qu’un peu plus lo-fi, maintiennent le plaisir avec la très cool If You Love Me.

Deux autres morceaux tirent assez bien leur épingle du jeu. Steven propose un morceau boogie plutôt minimaliste de qualité tandis que Lady Luck de Duke D a un certain charme. Malheureusement la suite de cette Eccentric Boogie ne revient jamais à de telles hauteurs. Les morceaux, sans être médiocres, manquent du petit truc pour les rendre réellement exceptionnels et mémorables.

Si le slogan était une bravade, cette Eccentric Boogie ne tient pas toutes ses promesses. Les puristes boogie y trouveront cependant leur compte avec de nombreuses obscurités dispendieuses en pressage original. Pour les autres, faites simple et allez plutôt vers les classiques: D-Train, Change, BB&Q Band, Evelyn King, toutes les productions de Kashif autour de 1982-83 (y compris le premier Kenny G).

Note personnelle: 3/5

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *