ALBUM: Human League “Crash” (Virgin, 1986)

The Human League fait danser les années 80 avec le classique Dare! en 1981. Après des débuts influencés par Kraftwerk (Reproduction, 1979), le groupe s’intéresse d’avantage à la musique afro-américaine, notamment sur Crash en 1986. Le trio britannique rencontre ainsi un duo américain pour les épauler: Jimmy Jam & Terry Lewis.

Les deux producteurs étasuniens ont alors le vent en poupe. Après avoir été débarqués de The Time, le backing band de Prince, Jimmy Jam et Terry Lewis se lancent à corps perdus dans la production en 1982. Le duo contribue à faire connaître le funk de Minneapolis au delà des frontières. Ils participent activement à lancer les carrières de Cherrelle ou Alexander O’Neal. Ils donnent une nouvelle jeunesse à SOS Band avec le classique On The Rise en 1983. Quand Human League est appelé en 1986, ils produisent Control de Janet Jackson la même année !

Human League est le premier groupe ou artiste britannique confié au duo. Deux ans plus tard, George Michael en fera de même pour le 45 tours numéro 1 Monkey. Ce choix peut initialement surprendre: pourquoi un groupe de synth-pop britannique accepte la proposition de producteurs de R&B/post-disco nord-américain de travailler avec eux ?

Plusieurs explications sont possibles. D’abord Jimmy Jam et Terry Lewis commencent à avoir une solide réputation de faiseurs de tube à ce moment là. Ensuite Human League fait de la dance-music et n’a que rarement été attiré par le coté obscur de la force. Enfin, l’intérêt pour les musiques issues du funk et de la soul est très fort au milieu des années 80 en Angleterre. Un groupe comme Spandau Ballet ouvre la voie en invitant la formation brit-funk Beggar & Co sur Chant No. 1. Plus proche encore d’Human League, Scritti Politti invite Arif Mardin derrière les manettes en 1985 sur l’énorme succès commercial Cupid & Psyche 85. Tout est au vert pour un succès cross-over de Jimmy Jam et Terry Lewis avec Human League.

Si la rencontre est particulièrement aguichante sur le papier, elle accouche d’un disque inégal. Crash ne fait certainement pas d’ombre à son grand frère Dare! . Pour autant, le disque, malgré ses faiblesses, a son petit charme. Les morceaux composés par Jimmy Jam et Terry Lewis pour Human League sont des tubes en or massif et aussi les meilleurs moments de l’album.

Human donne à Human League un nouveau numéro 1 bien mérité aux Etats Unis ! La voix de Phil Oakey fonctionne à merveille sur ce très joli midtempo romantique mais groovy. En face B, I Need Your Loving ouvre les hostilités sans chichis. Le titre déborde de l’énergie funk de Jimmy Jam et Terry Lewis. Si elle n’est pas la composition la plus originale du disque, I need Your Loving en est certainement la plus efficace. Elle n’a pas marché en Angleterre: tant pis pour nos amis Britanniques. C’est un très bon morceau. L’album se conclue sur une autre réussite à attribuer au duo américain: l’excellente Love Is All That Matters. Des autres compositions, Party est certainement celle qui tire le mieux son épingle du jeu.

Crash est il une rencontre au sommet qui explose en plein vol ? L’album est certes inégal, mais les compositions amenées par les producteurs américains fonctionnent très bien avec la voix d’Oakey. Crash est clivant, il ne respecte peut être pas complètement l’ADN d’Human League mais relance aussi le groupe à un moment critique pour lui. Surtout, il permet à Jimmy Jam et Terry Lewis d’affirmer un savoir faire allant au delà de la niche R&B avec quelques uns des joyaux de leur intense production dans les années 80.

Note personnelle: 3/5

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *