Choisir sa platine vinyle

Vous avez envie de dépenser beaucoup trop d’argents en disques vinyles et vous faire plaisir mais par où commencer ? Une platine évidemment ! Un premier achat de platine vinyle n’est pas une mince affaire, voici quelques conseils et explications pour mieux s’y retrouver et faire le bon choix. J’espère qu’il vous aidera à mieux cerner vos besoins.

éviter les platines “valises”

La tentation de prendre une platine au look délicieusement retro dans sa valise en simili-cuire est forcément tentante, reste que l’expérience sonore tout autant décevante. Ces platines sont généralement équipées de mécanismes génériques de mauvaise qualité et de cellule en en céramique qui vont généralement labourer vos disques. L’absence de réglages fins (anti-skating etc.) va contribuer à ce que les vinyles sautent plus facilement. Si ces platines vinyles donnent l’impression d’en avoir pour son argent avec de nombreuses fonctions (par exemple pouvoir les brancher en USB), les modèles haut de gamme misent souvent, à juste titre, sur la simplicité et la qualité.

Le réglage du poids, Anti-skating etc. : important!

La cellule d’une platine modifie radicalement le son de cette dernière. Il est très important de pouvoir en changer. Ce n’est pas un problème sur les platines modernes de qualité: le système d’accroche est généralement standard (ortofon); un point à vérifier à l’achat cependant ! Chaque cellule a des caractéristiques différentes de fonctionnement optimale et en particulier le poids à lui appliquer. Le contre-poids doit ainsi être réglé en fonction des caractéristiques constructeurs pour le modèle de cellule choisi. Il existe bien sûr des tutoriels sur le net pour le faire ! En plus du poids, il existe d’autres paramètres tels que l’anti-skating qui compense l’effet de rapprochement du centre. L’anti-skating doit être réglé au même niveau que le poids, par exemple pour 2,5g: il faut fixer ce dernier à 2,5. Voici un article pour plus d’information sur les réglages parfois délicats des cellules et bras ! Une cellule et un bras mal réglé peuvent, par exemple, provoquer des sauts de vinyle ou un son trop compressé et pas assez aéré (trop de poids). Bref si vous avez les moyens, optez pour une platine vinyle qui offre au moins le réglage de poids.

Entrainement direct ou courroie ?

Il existe deux types de transmission vers le plateau: entrainement direct et courroie. Les entrainement direct sont aussi connues sous le nom anglophone de direct drive, comme pour les machines à laver. Le plateau est aimanté et le moteur l’entraîne directement. La courroie est elle généralement en caoutchouc et le moteur excentré. Il n’y a pas un meilleur système qu’un autre. En général on considère que la courroie se prête mieux à l’usage hi-fi car faisant moins de vibration. Les modèles à entrainement direct sont en revanche idéale (et obligatoire) pour le djing car beaucoup moins fragiles: on peut carrément poser la main sur le plateau pour arrêter le disque sans risquer d’abîmer la platine vinyle. Une courroie se change assez facilement. Cela peut être une source de panne facile à identifier pour une platine vinyle d’occasion (qui s’allumerait mais ne “tournerait” pas). Personnellement j’ai opté pour une direct drive car cela correspond mieux à ma manière d’écouter de la musique, y compris en contexte hi-fi. Pour en savoir plus sur les transmissions: un article.

Platine vinyle: neuve ou d’occasion?

Personnellement j’ai tendance à penser que le neuf évite de se prendre la tête mais il est clair que le choix d’occasion est intéressant. Il est probable qu’en prenant du temps et en s’informant, l’occasion permet de monter un peu en gamme à prix égal. Cependant toutes les platines vinyles d’occasion ne sont pas nécessairement plus intéressantes que les modernes. La platine vinyle fut un temps une production mass market et de fait on trouve autant de l’entrée de gamme que de la hi-fi sérieuse dans la revente. L’entrée de gamme du passé ne sera pas meilleure que l’actuelle. Si vous achetez d’occasion, soyez bricoleur (changement de courroie pour le cas le plus simple) ou passez par un professionnel !

Sortie phono ou ligne ?

Les platines vinyles sortent traditionnellement en phono, souvent sous la forme d’un câble RCA équipé d’une terre (à prévoir si votre platine est phono). Ces platines nécessitent un pré-ampli phono ou un amplificateur disposant d’une entrée phono. Si le phono est la norme dans le haut de gamme, le milieu de gamme offre désormais le choix entre des sorties phono ou ligne grâce à des pré-amplis intégrés aux platines. Le niveau ligne (line en anglais) permet de brancher les RCA sur tous les amplificateurs du marché et diverses autres options (par exemple si votre chaîne hi-fi intégrée a une entrée ligne). Le choix entre phono et ligne dépendra de votre budget. Il faut cependant prendre conscience des contraintes du format phono qui nécessite du matériel dédié… Si vous avez les moyens le phono donne par contre la possibilité de maitriser au mieux l’ensemble du chemin sonore.

Conclusions

Je recommanderai d’acheter une platine vinyle correcte au départ avec des possibilités de réglages. Celle-ci pourra être améliorée en changeant la cellule par exemple. Il faut ensuite s’intéresser à l’usage et au reste de la chaîne. Si vous cherchez la pureté sonore optez pour la courroie. À l’inverse si vous avez peur de la fragilité ou avez des velléités de mixer avec: l’entrainement direct. Pour l’amplification: même combat ! Le niveau ligne est plus pratique et convient à la majorité des usages mais les puristes préféreront une sortie phono. Pour le budget, je pense qu’une enveloppe de 250/300 euros est parfaite pour une première platine de qualité en neuf. C’est cher certes, mais c’est le prix pour être tranquille de nombreuses années et apprécier pleinement sa collection. Dans tous les cas essayez de faire attention aux détails évoqués ci-dessus et faites du mieux que vous pouvez ! Cela doit rester un plaisir !

Deux modèles avec deux philosophies

Il existe désormais une offre pléthorique de platines vinyles. Parmi les modèles cités régulièrement, deux me semblent être de bonnes options: l’Audio-Technica AT-LP120X et la Pro-Ject Primary E Phono. La première est une direct drive tandis que la seconde est à courroie. Elles représentent chacune des orientations différentes. La première est pensée pour le djing, elle n’y excellera pas mais offrira en revanche une excellente platine de salon solide et pérenne. Si vous avez des enfants ou que vous êtes vous même maladroit, je pense que c’est loin d’être une option déconnante. Perso j’ai d’ailleurs un modèle de la gamme comme platine vinyle de salon car j’apprécie son coté pratique et tout terrain. La Pro-Ject représente le versant plus hi-fi avec un design soigné mais plus fragile. Elle vous donnera une excellente restitution sonore et vous ouvrira les portes du monde magique (et parfois pas très pragmatique) de la haute fidélité !

C’est tout pour aujourd’hui mais bientôt d’autres articles à suivre dans cette rubrique pratique !

6 thoughts on “Choisir sa platine vinyle

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *