PLAYLIST: Moogsploitation (1969-1974)

Robert Moog fabrique des éléments de modulaires dès les années 50. Au départ ces synthétiseurs sont surtout dédié à un public connaisseur, généralement des universités. À la fin des années 60 la demande explose au point de conduire l’entrepreneur a créé une version portative de ses modules sous la forme du mythique Model D point de départ des synthétiseurs modernes !

Si cette demande explose c’est peut être en partie grâce à Wendy Carlos et son album Switched on Bach en 1968. Ce disque ouvre la voie à un nouveau genre de musique aussi éphémère qu’intense: la moogsploitation.

De nombreux musiciens se lancent dans la brèche et interprètent les hits du moments en utilisant des modulaires ou des synthétiseurs. Ceux de Moog bien sûr mais aussi d’autres marques pionnières comme EMS. Différents backgrounds reviennent régulièrement. Certains compositeurs viennent des milieux de la musique contemporaine (Wendy Carlos), d’autres sont des arrangeurs traditionnels (Hugo Montenegro, Dick Hyman) et enfin certains sont venus à la musique à travers la technologie (Jean Jacques Perrey, Dan Lacksman etc.).

Pendant une courte période, grosso modo la fin des sixties et le début de la décennie suivante, le marché est envahi par ces disques moogsploitation plus ou moins intéressants et originaux. Le coté novelty de l’instrument séduit le grand public. Certains morceaux deviennent ainsi des tubes emblématiques de la période, notamment pop corn écrite par Gershon Kingsley.

Pour cette sélection, j’ai choisi de nombreuses compositions originales mais j’ai essayé de rester le plus proche de l’esprit moogsploitation en intégrant des artistes qui ont marqué le genre ! Il existe évidemment de nombreuses autres tentatives d’intégration des synthétiseurs à la même période que ce soit dans le rock plus traditionnel (les Beatles) ou ailleurs (Silver Apples, White Noise, Tangerine Dream etc.).

01 – Tomita “Clair de Lune, No. 3” (1974)

Tomita est un musicien japonais très populaire dans les années 70 pour ses adaptations du répertoire classique avec des synthétiseurs analogiques. Son disque le plus connu est certainement celui dédié à Debussy où figure ce morceau. J’aime vraiment beaucoup l’œuvre de Tomita à cette période (les années 70), il y a toujours une dimension onirique et une vraie singularité dans les arrangements. Par rapport à beaucoup de disques moogsploitation, Tomita aborde l’électronique avec de l’empathie et une quête de beauté à travers un nouveau médium.

02 – Dick Hyman “The Minotaur” (1969)

Dick Hyman est avant tout un pianiste de jazz mais pendant les années 60 il enregistre quelques albums autour du thème du moog sur lesquels figure notamment l’incroyable The Minotaur. Ce morceau reste une sorte de trip psychéblip-blip assez fascinant. Une des figures du label Command qui fut à l’avant poste de l’usage des technologies modernes tels que les synthétiseurs.

03 – Gershon Kingsley “Hey, Hey” (1969)

Gershon Kingsley est un des pionniers de l’usage du moog et l’auteur de la mythique pop corn qui figure d’ailleurs sur cet album. Pour ma part je vous propose de découvrir la géniale Hey Hey samplée par RJD2 !

04 – Wendy Carlos “Theme from A Clockwork Orange” (1972)

Wendy Carlos est peut être la pionnière des disques moogsploitation avec le mythique Switched on Bach en 1968 qui lance véritablement la mode ! 4 ans plus tard, elle enregistre la bande originale du mythique film de Stanley Kubrick Orange Mécanique dont voici le thème principal.

05 – Jean-Jacques Perrey “EVA” (1970)

La France a aussi eu ses pionniers, notamment le grand Jean-Jacques Perrey ! EVA est un classique groovy extrait de son album Moog Indigo.

06 – Bruce Haack “Electric to Me Turn” (1970)

Bruce Haack est un pionnier nord-américain assez fou et fantaisiste. The Electric Lucifer (1970) est une des bonnes portes d’entrées dans sa discographie dont on ne ressort pas indemne.

07 – Claude Denjean “House of the Rising Sun” (1970)

Un autre frenchie dans notre sélection ! Claude Denjean n’est nul autre que le frère du grand arrangeur Jacques Denjean (un des meilleurs de la fin des 60s !). Apparemment le talent se partage en famille, ses disques moogsploitation dépassent ce que l’on trouve généralement dessus. En témoigne cette reprise assez dingue et psychédélique de The House of the Rising Sun !

08 – Hugo Montenegro “Moog Power” (1969)

Hugo Montenegro est un arrangeur easy-listening/space age pop surtout connu pour ses reprises d’Ennio Morricone. Comme Dick Hyman, il n’est pas un musicien venu de la musique classique contemporaine mais d’avantage de l’arrangement. Il n’empêche que Moog Power est un excellent titre original sur un album essentiellement composé de reprises.

09 – Richard Hayman “Goin’ out of my Head” (1969)

Je ne suis pas certain que vous aviez envie d’entendre une reprise de Goin’ out of my head (Little Anthony and the Imperials, puis Sergio Mendes) mais en voici néanmoins une fort psychédélique avec sa fuzz (ou une sitar style Coral ?) ! Richard Hayman fait parti des artistes associé au label Command au coté de Dick Hyman (cité plus haut) ou Walter Sear.

10 – Electronic System “Sky Lab” (1974)

Quand Dan Lacksman rejoint le trio Telex, le Belge a déjà une belle expérience derrière lui ! Depuis le début des années 70 il enregistre en effet des albums Moogsploitation notamment sous le nom d’Electronic System. En plus de contenir une version de La Danse des Canards (Tchip-Tchip) l’album propose ce magnifique Sky lab totalement incroyable pour l’époque ! Quatorze minutes d’une beauté renversante. Ne trouvez vous pas que ça ressemble à Air ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *